Le silence, durant une heure, aiguise la conscience qu’on peut écouter afin de devenir plus lucide et de s’interroger sur les actions à entreprendre pour être fidèle à son humanité. Le silence permet d’atteindre notre pensée intérieure et la compassion. Le silence unit les personnes dans leur humanité. L’humanité de chacun, commune, doit être respectée même à l’égard des « sans-papiers ». Enfermer les gens dans les CRA est un manque de respect de leur humanité, et obliger des hommes à enfermer des sans-papiers est tout autant une atteinte à leur propre humanité. Ce n’est pas un rassemblement politique, il y a des croyants de diverses religions, des agnostiques, des athées. (Selon Alain Richard, frère franciscain, Toulouse)