Source : http://www.lemensuelderennes.fr/article/actualite/les-crs-interviennent-pour-laisser-chanter-orelsan/

Concert mouvementé
Publié le 22 avril 2009 à 10h30. Actualisé le 22 avril 2009 à 11h20.

Manifestation contre la tenue du concert du rappeur controversé Orelsan devant l'Antipode. (Photo : Alexis Bacot)

Une centaine de manifestants se sont retrouvés hier mardi, à Rennes devant l’Antipode, pour protester contre la tenue du concert du rappeur Orelsan. Quelques uns ont tenté de bloquer l’accès à la salle pendant quasiment une heure. Les CRS ont dû intervenir. Le concert a finalement eu lieu.

Les protestations étaient attendues, mais pas dans cette ampleur. Une demi-heure avant le concert du rappeur controversé Orelsan, mardi à 20 h, une centaine de manifestants se rend devant  l’Antipode, à Rennes. Sifflets, déguisements, perruques sont au rendez-vous. Des insultes à l’encontre du rappeur caennais sont scandées : « Ta mère aurait dû pratiquer l’avortement » crie une militante au micro. Sont notamment présents : le planning familial, Mix-cité, l’association Pulsart, le Centre d’information du droit des femmes et des familles (CIDFF), ainsi que des membres du Nouveau parti anticapitaliste.

Pour les responsables associatifs, la manifestation doit rester bon-enfant : « Nous cherchons simplement à nous faire entendre. Nous tenons à protester contre l’Antipode. La MJC est financée avec nos impôts. Et ils servent à payer ce chanteur, » indique Annie Guilerme, du CIDFF.

Cordon de blocage

Mais ce qui est annoncé comme une manifestation pacifique prend une tournure inattendue. Un groupe de manifestants forme un cordon pour bloquer le couloir d’accès à la billetterie lors de l’ouverture de la salle. Bilan, certains spectateurs doivent prendre un chemin dérobé, derrière des arbres, pour accéder au guichet. Avant que les militants ne bloquent également ce passage. « Je m’en fous d’Orelsan, je n’aime pas ses paroles. Je suis juste venu voir Serge Teyssot-Gay (ndlr : l’artiste programmé en deuxième partie de soirée), » se plaint un jeune, tee-shirt de Noir Désir sur le dos. « C’est un bel exemple de liberté d’expression, » ironise un bénévole de l’Antipode.

Intervention des CRS

A 21 h 30, une trentaine de personnes ayant réussi à entrer patientent dans la salle. 250 personnes sont pourtant attendues. Dehors, la tension monte d’un cran lorsque quelques spectateurs forcent le cordon. Une fois leur passage en force réussi, ils adressent des doigts d'honneur aux bloqueurs, qui leur répondent par des sifflets. Pour décanter la situation, quelques CRS arrivent. Ils repoussent le cordon, sans que les militants ne leur opposent de forte résistance. Et les spectateurs peuvent entrer sous les caméras des journalistes restés dans le hall d’entrée de la salle.

Le concert d’Orelsan peut commencer sans incident. L'artiste entame son spectacle sans commentaire. « Ca fait plaisir que vous ayez trouvé le chemin jusqu’à la baraque », relève le rappeur entre deux morceaux. Devant le retard sur les horaires prévus, Orelsan doit raccourcir le concert. « Désolé pour le bordel ! » déclare-t-il en quittant la scène après 45 minutes de show